Sur le Chemin de l’Ecole

Sur le chemin de l’ecole, c’est un projet “perso” qui au fur et à mesure d’autres projets a pris de l’ampleur. Il a discrètement pris de plus en plus d’importance au sein de mes photographies quotidiennes et de mes projets 365. Un peu comme pour dire qu’il voulait une place sur le devant de la scène, un gros titre, rien que pour lui. Alors le voilà.

 

caroline liabot photographe - portrait d'enfant - sur le chemin de l ecole - projet perso - portra 400 - photo argentique - carmencitalab

Raconter le chemin de l’école c’est, comme je le dis depuis toujours, photographier la vie, la vraie.

Oui, l’enfance a ce pouvoir incroyable d’authenticité. On ne force pas les rires complices, les sourires troués, les câlins spontanés, les grimaces mille fois répétées ou bien les larmes des fins de semaines compliquées.

Photographier nos trajets sur le chemin de l’école, c’est l’occasion de construire un patrimoine de leur enfance. Un portrait a grande échelle et aux visages multiples.

Je crois que la toute première photo prise sur le chemin de l’école date de Décembre 2018. Pour mon projet Avant Noël. Je revois Zacharie sur sa draisienne, il a dormi à la maison cet après-midi et nous allons chercher Lenny. Les journées de petite section sont encore bien fatigantes et nous privilégions le repos et le confort de la maison deux fois par semaine.

sur le chemin de l 'école - auribeau sur siagne - caroline liabot photographe - photographe lifestyle famille grasse - portrait d'enfant - reportage photo du quotidien

2019. Projet 365.
Il y a quelques photos ici et là. Je regarde nos parcours quotidiens sur ce chemin et j’y vois notre histoire qui s’y déroule. Je m’y attarde peu pourtant.
En Septembre, arrive la rentrée au CP pour Lenny. La claque.
Les devoirs. Je ne m’étais pas projetée dans cette facette de mon rôle de parent. Lenny s’applique, il est studieux, rapide. Mais, malgré tout, d’un seul coup, tout a changé. Je m’adapte. Je documente une fois par semaine les devoirs de Lenny. Un rituel s’installe.

2020. Projet 366.
Cette année, “Sur le Chemin de l’Ecole” sera un thème pilier de mon projet 366. Numérique, argentique, l’un et l’autre pour se compléter, pour documenter, pour créer, au fil des mois, des thémes créatifs, des couleurs…
Finalement, les devoirs ne sont qu’une partie de l’histoire.
Faire les devoirs, c’est la suite d’être sur le chemin de l’école.
Alors j’observe. Vraiment cette fois-ci.

Sur le chemin de l’école c’est une histoire d’enfance. C’est être sur le chemin de la vie. On apprend, on boude, on échoue, on pleure, on rit.
Les saisons défilent, les bonnets aussi. Des oreilles de Mickey, au bonnet de Noël, sans oublier celui à pompom…Bientôt remplacé par la casquette.
Sur le chemin de l’école, c’est le soleil qui se lève, les mimosas qui sont en fleurs, les canards sur le ruisseau que l’on longe.
On me taquine, on se moque de moi et de mon appareil photo. On me regarde étrangement aussi parfois. Souvent. Je suis même interpellée par une enseignante qui me prend pour une personne en “repérage, on ne sait jamais… avec ces terroristes,c’est bien pour cela qu’il y a le plan vigipirate”. J’en rigole encore…
Mais quand je regarde ce projet, son évolution, la beauté des détails dont il témoigne, je sais que je suis sur le bon chemin.

Nous sommes aujourd’hui le Samedi 18 Avril.

J’aurais du être en train de photographier un mariage aujourd’hui. Mais…

Le Covid est arrivé, dans un fracas sournois et silencieux et à fait taire les projets de bien de familles, les espoirs de bien d’entrepreneurs. Il a aussi fait fermé les portes des écoles. Aujourd’hui, je n’entame aucune polémique, car chacun de nous vivra son déconfinement comme bon lui semble.

Mais je vais conclure cet article avec une courte rétrospective du dernier jour du projet Sur le Chemin de l’Ecole.

Un Vendredi 13 Mars 2020… les superstitieux y ont surement lu un signe!

Photographier l’Histoire. La leur. La notre. Celle d’une vie.

“Vendredi 13 Mars 2020.

Hier à la télé, Macron a annoncé la fermeture des écoles de tout le pays à compter de lundi.
Ce matin, il y a ce goût amer dans la bouche.
Zacharie se lève et me dit qu’il ne veut pas aller à l’école. Justement…tu ne croirais pas si bien dire.
Nous expliquons aux garçons que le virus, dont ils entendent un peu parler, est arrivé en France et qu’il est important maintenant de se mettre en sécurité.
On leur dit de profiter de cette dernière journée avec leurs amis et maîtresse Anne et maîtresse Audrey, car nul ne sait quand ils les reverront.

Ce matin là, mon projet Sur le Chemin de l’Ecole, il a pris d’un seul coup un sens nouveau. Un bout d’Histoire s’inscrit sous chacun de nos pas. Une page étrange dont nous ne maîtrisons pas le dénouement.

Le ciel est gris, le cœur est lourd. Les mains sont serrées. Sur le chemin de l’école, comme une routine, un quotidien à qui nous disons au revoir. L’école, désormais, c’est à la maison, est le chemin en est bien plus compliqué. “

Caroline Liabot

* Toutes les photos argentiques de cet article ont été développées et scannées par Carmencita Film Lab.

PARTAGER CET ARTICLE